dimanche 19 décembre 2010

Retour en arrière ; Aix en Provence (2)

Sous l'apparente austérité de la nef l'on peu cependant découvrir les reste d'un décor sculpté d'une très grande qualité , inspiré d'antiques comme à Saint Paul trois Châteaux ou encore de Griffons se désaltérant ou ce magnifique personnage aux raisins .


Retour en arrière ; Aix en Provence

C'était déjà en 2006, à l'occasion de la belle exposition consacrée à Cezanne , un passage par la très belle Cathédrale dédiée à Saint Sauveur , était inévitable , surtout avec la parfaite restauration dont cette dernière venait d'être l'objet.


Je réserverai le joyau du cloître après la visite de la nef encore parfaitement romane en dépit des adjonctions gothiques qui réserve quelques surprises à l'oeil attentif .La nef écourtée n'occupe qu'une partie de l'édifice actuel mais présente encore une très belle coupole sur trompes avec sous chaque trompe, le symbole des évangélistes .

dimanche 5 décembre 2010

Deux belles abbayes Normandes (Cerisy la belle au bois dormant 4)

Enfin une place particulière doit être faite aux très beaux chapiteaux à décor de feuillages  ou de masques ou encore de lions affrontés sculptés en méplats et qui rappellent par leur inspiration et leur style certains décors typiquement scandinaves .







Deux belles abbayes Normandes (Cerisy la belle au bois dormant 3)

je m'émerveille aussi de l'admirable équilibre du Choeur , sans doute le plus grand et le plus beau de Normandie .
L'architecte a su lui donner une grâce et une légèreté , qu'accentue encore les dix nervures qui le scandent et laisse filtrer une lumière intense au trois étage de ses ouvertures.


Deux belles abbayes Normandes (Cerisy la belle au bois dormant 2)

La nef  plafonnée en dépit de l'importance de son volume est très courte car limitée à trois travées les 5 premières ayant été détruites à la fin du XIXème siècle .
Elle se présente sur trois niveaux et le transept présente lui aussi ce qui est exceptionnel cette même disposition et qui n'a d'exemple que dans l' Angleterre Normande .





Impossible rester insensible au saisissement d'une telle beauté!

Deux belles abbayes Normandes (Cerisy la belle au bois dormant 1)

Aprés Lessay , ma route passe par Cerisy, nichée au choeur d'une des plus vaste foret normande; qui en dépit des mutilations que lui ont fait subir la Révolution et des transformations hasardeuses de curés ignares, réserve au chevet et dans sa somptueuse nef de quoi s'émerveiller.
Abbaye bénédictine comme sa proche voisine de Lessay elle est dédiée à Saint-Vigor et a été entièrement reconstruite après les incursions vikings à la fin du XIème siècle .
Ma visite comme souvent débute par l'admiration des vastes volumes extérieurs du chevet sur trois niveaux d'arcatures déjà gothiques, supportés par d'impressionnants contreforts, les murs extérieurs de la nef étant constitués d'un intéressant appareillage en arrêtes de poissons 

Deux belles abbayes Normandes (Lessay seconde partie)




Cette sobriété et cette impression de puissance est encore accentuée à l'intérieur de l'édifice, je suis ébloui par la magnificence du vaisseau de la nef qui présente déjà un premier exemple de voûtement d'ogives .

Cette force se reflète dans le choeur et les collatéraux.
Le décor et les sculptures quasiment absents soulignent l'intense sentiment de  recueillement; à chaque instant l'on croit entendre le chants des moines qui portent vers l'absolu; et j'y  mêle la voie silencieuse de mon âme .

Deux belles abbayes Normandes (Lessay première partie)

C'était en Juin de cette année une journée inoubliable par bien des aspects et marquée par la visite de la majestueuse abbaye de Lessay .
Dédiée à la Trinité cette abbaye doit sa création à un grand seigneur du Cotentin d'origine scandinave , Tristin Haldup, et tire son nom du mot latin petit havre (essay-d'exaquium) .
J'aime particulièrement cette correspondance des mots et des origine si évocatrice pour moi de cet art si occidental et si mêlé d'influences qu'est l'art roman, mélange ici entre les lointains envahisseurs vikings qui laissent encore leur marques dans bien des noms de ces villages du Cotentin et des origines latines ...
Mais revenons à Lessay qui est assurément un monument remarquable de force et de sérénité, c'est la plus grande église de la région qui présente une grande unité de style pour avoir été totalement édifiée au XIIème siècle en schistes et calcaires d'Yvetot-bocage .


Ce qui m'impressionne particulièrement est l'extrême sobriété de l'ensemble monumental accentué peut être par un clocher un peu trapu mais dont le parfait équilibre donne une impression de force et d'harmonie .

dimanche 19 septembre 2010

Cruas la Crypte

La crypte est située sous la totalité du transept qu'elle surélève , elle date du XIème siècle . Son harmonie et son décor sculpté , les effets de perspective lui confère un aspect mystérieux et totalement envoûtant que renforce l'aspect rude et primitif des chapiteaux . Motifs animaliers ou de silhouettes humaines archaïques ou encore rouelles solaires, très vieux symbole celtique, feuillages stylisés, ou bestiaire fantastique, concourent à la grande originalité et l'impression de grande force qui saisi le visiteur éberlué que j’étais, voila un monument absolument saisissant qui laisse encore une très intense émotion .









Cruas ; l'admirable tribune

La tribune située sous le choeur qu'elle partage avec la crypte n'a été découverte qu'en 1972 car jusqu'alors le sol était totalement recouverte d'une couche de limon de plus de trois mètres de hauteur et oubliée après l'abandon de l'église ensuite des ravages des guerres de religion, ainsi cet édifice admirable a plus être protégé dans un état exceptionnel de fraîcheur.
Il s'inspire des édifices que l'on trouve plus fréquemment en Italie du Nord mais est rarissime en France et d'une perfection émouvante tant par son élégance que a qualité de son décor sculpté, des chapiteaux aux clefs de voûte, elle marque la séparation de l'église haute, réservée aux moines, et de l'église basse accessible aux fidèles. Les sculptures du XIIème siècle au décor animalier et de spires ou d'entrelacs qui font aussi référence à l'influence paléochrétienne ou préromane avec un goût du symbolisme très marqué .